Aujourd’hui, je voudrai vous parler de Rose,

L’une de mes clientes qui souffrait de l’épaule gauche depuis environ 6 mois avant que nous nous rencontrions en consultation.

Rose travaille dans un bureau, elle va au gym de temps en temps (lorsqu’elle trouve le temps après le travail, et surtout la motivation !) et aime lire les romans de stephen king (détail sans importance, mais ça ma rappelé l’une de nos discussions sur l’un de ses romans à succès).

Ses douleurs ont commencé à apparaitre à l’épaule gauche, sans qu’elle puisse expliquer pourquoi. Progressivement, la douleur a finit par encercler l’épaule, et l’obligeait à se servir de moins en moins du bras gauche pour limiter le mal.
Puis rapidement, dormir sur son côté gauche devient presque impossible, elle arrive de moins en moins à lever le bras ni à s’en servir au quotidien, et la prise d’anti inflammatoires devient de plus en plus régulière.

Le gym? impossible d’y remettre les pieds évidemment.

Bon, quelque chose ne va pas. Elle consulte son médecin.

*aïe* c’est une « épaule gelé » (appelée aussi capsulite rétractile). On lui explique que c’est une inflammation de la capsule articulaire entre l’humérus et l’omoplate qui s’épaissit et devient inextensible
oui… d’accord, mais…
« je guéris quand de cette histoire?… dans 1 an, et il n’y a presque rien à faire ? »

Bon alors il va falloir être patiente..
Avec la douleur et l’épaule bloquée, elle pense à annuler son abonnement au gym, mais pas de chance l’année est déjà payé..

 

 

3 mois ont passé…

 

Rose a toujours son épaule bloquée et les douleurs qui l’accompagne, qui ne s’arrange pas (ou alors tellement peu qu’à ce rythme elle n’est pas prête d’atteindre à deux mains le rayon haut de son épicerie).

Pendant ces derniers mois Rose a essayé plusieurs choses, notamment:
  • quelques exercices d’épaules par ci par la
  • de la relaxation pour gérer ses douleurs (et surtout son impatience)
  • de supprimer les produits laitiers (conseil d’une collègue de bureau, qui s’est avéré inutile ici et dénué d’explications)

… mais les tests n’ont pas duré longtemps. A quoi bon, c’est toujours douloureux et ça peut durer encore plus de 6 mois ! Légère rémission: une infiltration dans l’articulation, efficace sur la douleur mais pas durable.

6 mois après ses premières douleurs, Rose décide donc de prendre rendez-vous avec moi après avoir vu l’un de mes articles sur les douleurs d’épaule. Elle aimerait vraiment guérir.

Je lui explique ce que je vais pouvoir faire pour elle et tout ce qu’il est possible pour accélérer sa rémission, sans devoir attendre passivement que ça passe tout seul. Je vois dans son attitude qu’elle est prête à s’impliquer dans les traitements pour venir à bout de son épaule gelée.

 

 

Parfait, on peut démarrer !

 

De mon côté, j’utilise des techniques pour améliorer la mobilité de son épaule, relâcher les adhérences musculaires, drainer l’inflammation dans certains tendons.

Certains procédés me permettent de rééquilibrer ses cervicales, devenues sensibles depuis quelques semaines.

De son côté, elle effectue quotidiennement des exercices spécifiques que je lui ai transmis pour améliorer ses mouvements et relâcher ses muscles.

Elle applique régulièrement des huiles essentielles anti inflammatoires, alterne avec de l’argile verte,
et ajuste quelques unes de ses habitudes alimentaires pour apporter des aliments anti inflammatoires.

Avec l’ensemble de notre « stratégie » et son implication active, Rose à aujourd’hui diminué ses douleurs de moitié, et gagner 30° d’amplitude: elle vit beaucoup mieux et sait qu’en continuant les processus qu’on a mis en place, elle pourra bientôt remettre les pieds dans son gym.

 

Pour finir je voudrais partager l’une de ses dernières phrases qui m’a bien fait rire:
« Je suis sur la bonne voie pour enfin atteindre le rayon haut de mon épicerie »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *